Où acheter des vinyls ?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

deuxième main

Message  bill horton le Sam 28 Avr 2012 - 16:07

Je ne pense pas assez local parce que si vous mettez le cap à l'Est il y a évidemment l'Occase de l'Oncle Tom (des adresses à Strasbourg et Mulhouse)

L'Occase de l'Oncle Tom
119, Grand Rue
67 000 Strasbourg


avatar
bill horton

Messages : 4372
Date d'inscription : 16/06/2011
Localisation : halfway to heaven and just a mile outta hell

Revenir en haut Aller en bas

Site Web Vinyle Store !

Message  slash67 le Mer 2 Mai 2012 - 15:16

Bonjour,

Le site Vinyle Store propose de nombreuses références de vinyles 33t & 45t à des prix plus que corrects

Allez y jeter un œil ici Arrow [url=http://www.vinylestore.com ]http://www.vinylestore.com [/url]

slash67

Messages : 1
Date d'inscription : 02/05/2012
Album préféré : Born In The USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où acheter des vinyls ?

Message  newdelire le Mar 16 Oct 2012 - 8:54

Une boutique en ligne avec pas mal de réédition neuve http://www.rocknrollbazar.com/fr/

Mais pas de titre du boss en ce moment...

newdelire

Messages : 1
Date d'inscription : 16/10/2012
Album préféré : The Ghost Of Tom Joad

http://www.rocknrollbazar.com/fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où acheter des vinyls ?

Message  garageland le Mer 17 Oct 2012 - 16:53

allumette a écrit:Pour ceusse du 91,
à Arpajon on dirait pas mais cette charmante boutique vends des pepites Cool



Très bonne adresse découverte ce jour grâce au message ci-dessus (5 U Allumette !). On y trouve des pièces rares et l'acceuil est vraiment sympa. Suis reparti avec Mars needs guitars ! des Hoodoo Gurus et Alchemy de Richard Lloyd. Very Happy
avatar
garageland

Messages : 173
Date d'inscription : 16/06/2011
Localisation : 78

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où acheter des vinyls ?

Message  allumette le Mer 17 Oct 2012 - 20:08

garageland a écrit:
allumette a écrit:Pour ceusse du 91,
à Arpajon on dirait pas mais cette charmante boutique vends des pepites Cool



Très bonne adresse découverte ce jour grâce au message ci-dessus (5 U Allumette !). On y trouve des pièces rares et l'acceuil est vraiment sympa. Suis reparti avec Mars needs guitars ! des Hoodoo Gurus et Alchemy de Richard Lloyd. Very Happy

t'es du coin alors,
oui ils sont très sympa en plus
avatar
allumette

Messages : 132
Date d'inscription : 21/06/2011
Age : 43
Localisation : essonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où acheter des vinyls ?

Message  garageland le Jeu 18 Oct 2012 - 11:57

Hello
oui, pas loin (sud 78). J'étais surpris de trouver cette boutique à Arpajon. Une bonne adresse. tu y vas souvent ?
avatar
garageland

Messages : 173
Date d'inscription : 16/06/2011
Localisation : 78

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où acheter des vinyls ?

Message  allumette le Jeu 18 Oct 2012 - 14:42

garageland a écrit:Hello
oui, pas loin (sud 78). J'étais surpris de trouver cette boutique à Arpajon. Une bonne adresse. tu y vas souvent ?

oui moi je suis à 10 mn ! Laughing
avatar
allumette

Messages : 132
Date d'inscription : 21/06/2011
Age : 43
Localisation : essonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où acheter des vinyls ?

Message  santig du le Mar 25 Déc 2012 - 22:03

Dangerhouse à lyon, rue thimonnier dans le quartier terreaux/hotel de ville.
Rock House à Vienne, rue des clercs, pres du temple dans le vieux centre.
avatar
santig du

Messages : 288
Date d'inscription : 30/07/2012
Album préféré : The Rising

Revenir en haut Aller en bas

ou acheter ses vinyls

Message  xpe74 le Ven 13 Fév 2015 - 18:00

Certainement pas ni sur Amazon, ni sur e-bay pour des raisons écolo d'abord, les vendeurs pro étrangers ( nagiry/dodax etc etc ) qui travaillent via amazon, fnac partout en europe font livrer leurs commandes des états unis ou d'allemagne ce que les vendeurs francais peuvent faire pour 4/5 euros de plus. toujours pas ebay ni amazon dans la mesure ou ces gens ne payent pas d'impot en France pour amazon et e-bay quand aux vendeurs étrangers, on ne maitrise pas ou ils payent leurs employés, si ils les payent. enfin, quant on voit les prix pratiqués par certains vendeurs, 30 a 40 % moins chers que Fnac, Amazon, on peut se demander si ce n'est pas de la contrefaçon et si le produit qui vient quand meme des USA ou de l'ontario n'est pas une grosse daube a ce prix la.

donc privilégier les disquaires de votre ville ou les disquaires officiels en ligne francais. le site du disquaire day donne une bonne liste des disquaires ville par ville

xpe74

Messages : 1
Date d'inscription : 13/02/2015
Album préféré : Born In The USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où acheter des vinyls ?

Message  JC le Ven 13 Fév 2015 - 19:45

J'en ai franchement ma claque de ce "donnage" de leçons aux consommateurs, à le faire culpabiliser que tel site ne paie pas d'impôts ou ne traîte pas bien ses employés. Le consommateur a un budget, il s'y adapte, il est souvent majeur et vacciné et surtout, il fait ce qu'il veut et ce qu'il peut. Quant à la notion d'écologie, c'est un argument en mousse, les magasins se les font importer de la même manière que celui qui arrive direct dans sa boîte aux lettres, un moment donné le skeud prend l'avion !
avatar
JC

Messages : 2933
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 44
Localisation : Quelquepart entre Woodstock, Asbury Park, Haight Ashbury, Detroit, Muscle Shoals & Memphis...
Album préféré : The Wild, The Innocent And The E Street Shuffle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où acheter des vinyls ?

Message  devil59620 le Ven 13 Fév 2015 - 22:18

JC a écrit:J'en ai franchement ma claque de ce "donnage" de leçons aux consommateurs, à le faire culpabiliser que tel site ne paie pas d'impôts ou ne traîte pas bien ses employés. Le consommateur a un budget, il s'y adapte, il est souvent majeur et vacciné et surtout, il fait ce qu'il veut et ce qu'il peut. Quant à la notion d'écologie, c'est un argument en mousse, les magasins se les font importer de la même manière que celui qui arrive direct dans sa boîte aux lettres, un moment donné le skeud prend l'avion !

Tout est dit JC et entièrement d'accord avec toi
avatar
devil59620

Messages : 3051
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 45
Localisation : leval
Album préféré : Born To Run

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où acheter des vinyls ?

Message  santig du le Lun 16 Fév 2015 - 12:07

la boutique du collectionneur, 11 rue de l'arche seche à Nantes (les imports russes de led zep sont étonnants !)
melomane, 2 quai de Turenne à Nantes
pour du neuf, les magasins Leclerc avec espace culturel sur grosso modo une ligne Basse Goulaine / Ploermel (en passant par Nantes, Guerande, St Nicolas de Redon, Rennes)
avatar
santig du

Messages : 288
Date d'inscription : 30/07/2012
Album préféré : The Rising

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où acheter des vinyls ?

Message  bill horton le Mer 24 Fév 2016 - 21:27

avatar
bill horton

Messages : 4372
Date d'inscription : 16/06/2011
Localisation : halfway to heaven and just a mile outta hell

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où acheter des vinyls ?

Message  Hugo Spanky le Jeu 25 Fév 2016 - 8:59

JC a écrit:J'en ai franchement ma claque de ce "donnage" de leçons aux consommateurs, à le faire culpabiliser que tel site ne paie pas d'impôts ou ne traîte pas bien ses employés. Le consommateur a un budget, il s'y adapte, il est souvent majeur et vacciné et surtout, il fait ce qu'il veut et ce qu'il peut. Quant à la notion d'écologie, c'est un argument en mousse, les magasins se les font importer de la même manière que celui qui arrive direct dans sa boîte aux lettres, un moment donné le skeud prend l'avion !

Complétement d'accord avec toi. C'est quoi ce délire de freaks ? Devoir calculer si les taxes sont honorées, c'est n'importe quoi. Il sort d'où ce gonze ? Les disquaires font du black au taquet....comme tout le monde. Qu'est ce qu'on s'en fout qu'Amazon paie ses impôts, on en verra jamais la queue du bénéfice. Quand à l'écologie, l'argument à pisser de rire. Encore !!! J'en veux d'autres des comme ça. Pour le bonheur des salariés, no problem, Hollande est sur le coup, il va mettre tout le monde au même niveau )))))
On achète où on veut, selon son budget et la disponibilité du disque (ce qui est la base, non ?)))
Discogs est balèze pour les vieux disques. Amazon.com (le site US, le français ne vaut rien) pour les nouveautés. Dodax pour les invendus (genre le coffret The River, qui ne devrait pas tarder à s'y retrouver en solde). Ebay, rarement, les vendeurs s'enflamment sur les frais de port (la tendance menace aussi Discogs). Et même Priceminister permet quelques bonnes affaires.
Et les vides-greniers, parfois, de moins en moins.
Reste les disquaires, quand ils font correctement leur boulot. A savoir faire tourner le stock et rester cohérent sur les prix (et pas les multiplier par deux à chaque décès, comme je le vois souvent).
avatar
Hugo Spanky

Messages : 285
Date d'inscription : 12/08/2011

http://ranxzevox.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où acheter des vinyls ?

Message  CC Rider le Jeu 25 Fév 2016 - 10:26

Un article intéressant sur la manière dont le retour vers le futur ou plutôt la projection vers le passé comme avenir devient la tendance du "métier"

Un fonds d'investissement a racheté les droits d'Offspring, un groupe punk dont la carrière semble derrière lui. Dans le même temps, en 2015, les ventes de “back catalogue” ont dépassé celles des nouveautés. Bref, l'industrie musicale regarde en arrière.

Qui est la nouvelle poule aux œufs d’or de l’industrie musicale ? Les All Saints, qui viennent de se reformer ? Rihanna, malgré sa tournée reportée ? Vous n’y êtes pas du tout. Selon le fonds d’investissement Round Hill Music, il s’agit de… The Offspring. Un groupe pas né de la dernière pluie (formé en 1984). Qui, pour la modique somme de 35 millions de dollars, a vendu les droits des enregistrements de sept de ses albums, ainsi que la totalité de ses droits d’édition (neuf albums en tout) à cette société, spécialisée dans l’exploitation de droits musicaux. Basée à New York, Round Hill Music, qui possédait notamment les droits de six (!) titres des Beatles, tente un gros pari. A titre de comparaison, en 1985, Michael Jackson avait absorbé la société possédant les droits de la plupart des chansons des Beatles, Sony/ATV Music Publishing, pour 47,5 millions de dollars. Dans les deux cas, la même idée : récupérer les royalties sur les ventes d’albums et les rééditions (droits d'enregistrement) ainsi que sur le streaming, mais surtout bénéficier des revenus liés à l’exploitation des chansons du groupe à la télé, au cinéma, dans les pubs, notamment via la synchronisation (droits d’édition). Pour les Beatles, on imagine aisément la manne. Mais s’agissant d’Offspring, vraiment ?
Le groupe a certes vendu 14 millions exemplaires de son troisième album, Smash (1994) et près de 40 millions sur l’ensemble de sa carrière. Mais il peine aujourd’hui à accoucher d’un nouvel album, après un single livré en guise de teaser il y a plus d'un an. Et les trois derniers en date (parus en 2003, 2008, 2012) se sont révélés des échecs commerciaux relatifs, sans parler de leur valeur musicale. Le groupe n’a donc plus grand chose à vendre, si ce n’est une poignée de tubes pour nostalgiques des années 90. C’est exactement ce qu’il fait : de la même manière que Blur, Prodigy, Gun’s n Roses et d’autres sont sortis de l’oubli, Offspring vient jouer son best-of en tête de gondole de nombreux festivals. Présent notamment à Rock en Seine en 2015, le groupe sera ainsi au Hellfest et au festival Main Square d’Arras en 2016 et tournera beaucoup à l’étranger. De quoi redorer les égos, et remplir les caisses. « Nous avons senti que faire le choix de protéger notre catalogue était extrêmement important pour l’avenir de notre carrière », s’est défendu Dexter Holland, le chanteur d’Offspring, dans un communiqué. « Round Hill comprend que la visibilité de notre passé est crucial pour notre futur ». Et le punk dans tout ça ?

“Les droits d’édition sont un peu le joyau de la couronne”, Pierre Laurier, avocat
On s’en doute, ce qui intéresse surtout Round Hill Music n'est pas tant le son d’Offspring que celui du tiroir-caisse. « Il est évident que cette société a effectué un audit commercial du catalogue d’Offspring et qu’en le rachetant pour une telle somme, elle pense pouvoir en tirer beaucoup plus », avance Pierre Laurier, avocat spécialisé dans le droit de la musique. Comme le suggère au Guardian Gregor Pryor, juriste et expert en la matière : « Si vous achetez les droits sur les enregistrements et l’édition, c’est que vous avez clairement un œil sur les revenus liés à la synchronisation ». La synchro : voilà donc le nerf de la guerre. Placer une musique sur des images, dans une publicité, un générique de film ou de série, c'est le nouveau graal du music biz. Combinés aux droits d’auteur touchés lors des passages radio ou télé, ces revenus-là rapportent désormais aux artistes et aux maisons de disques plus d’argent que les ventes d’albums.
David Bowie, qui était aussi un homme d’affaires avisé, l’avait bien compris en rachetant d’abord ses droits et en les transformant en emprunts obligataires, avant de vendre Heroes, des années plus tard, en 2012, à un constructeur automobile français pour un spot télé. L’opération lui avait rapporté plusieurs centaines de milliers d’euros. Et elle fonctionne aussi pour des artistes méconnus. Le dernier exemple en date est celui d'Handsome Family. « Le groupe était inconnu avant qu’un de leurs titres ne soit utilisé pour le générique de la série True Detective, raconte Jean-Luc Marre, directeur de promotion du label Pias. Avec le succès de la série, sa notoriété a explosé, comme ses revenus. Imaginez qu’un titre d’Offspring connaisse le même destin : c’est le jackpot ».
Pierre Laurier confirme : « Les droits d’édition sont un peu le joyau de la couronne, car ils représentent une rente sur plusieurs années ». Avec la crise du disque, le filon a explosé depuis une décennie. Tout le monde cherche à placer ses artistes ici et là, qui pour une pub, qui pour un générique… D'autant que ce modèle « rentier » fait écho à une autre tendance actuelle : selon les chiffres publiés par Nielsen pour 2015 aux Etats-Unis, les ventes de back catalogue – des albums de deux ans et plus – sont pour la première fois supérieures à celles des nouveautés. Un phénomène qui touche aussi la France : d’après les chiffres du SNEP, sur l’année 2015, les ventes – physiques et digitales – de back catalogue sont légèrement supérieures (51 %) aux ventes de nouveautés (49 %). C'était déjà le cas en 2013 (54 % contre 46 %). Les ventes de disques vinyles, toujours dynamiques, expliquent en partie ce renversement. Car derrière Adele et Taylor Swift, plus grosses ventes aux US, pointent les Beatles, Pink Floyd er Miles Davis. Lesquels, malgré les années, sont toujours aussi bons vendeurs.
Longue traîne et effet d'aubaine

Faut-il en conclure que l’exploitation des fonds de catalogues est le nouvel horizon de l’industrie musicale ? « Sans doute pas », tempère Marc Bourreau, professeur à Paris Tech et spécialiste de l’économie de la musique. Pour lui, « le fait que les albums de back catalogue se vendent plus que les nouveautés est simplement l’expression de la longue traîne ». Ce modèle économique, théorisé par Chris Anderson, ex-rédacteur en chef du site Wired et spécialiste de l’économie numérique, explique que, contrairement au monde physique, où 20 % des produits font 80 % du chiffre d’affaires dans les magasins, sur Internet, les produits de niche (comme les fonds de catalogue) se vendent en proportion réduite. Mais in fine, leur somme s’avère supérieure à celle des produits grand public. Pour un amateur de musique, le back catalogue – souvent les albums des « classiques » du rock et du jazz – agit aujourd’hui comme valeur refuge. Jusqu’à un certain point toutefois.
« Les labels, voulant profiter au maximum de l’effet d’aubaine, vendent aujourd’hui des vinyles entre 25 et 30 euros, soit 10 ou 15 euros plus cher qu’un CD. C’est délirant », juge Philippe Marie, responsable musique du magasin Gibert Joseph, boulevard Saint-Michel, à Paris. « Certains de nos clients délaissent de nouveau le vinyle pour revenir au CD, voire au téléchargement illégal.» Mais les enseignes spécialisées restent une exception. Dans les supermarchés culturels type Fnac, et plus encore dans la grande distribution, les nouveautés dominent. Comme le suggère Olivier Rigout, directeur artistique d'Alter-K, label et éditeur indépendant, l'avenir de la musique ne peut se résumer à la logique des traders : « Dans les années 80 et 90, pour gagner de l’argent, tout le monde ne jurait que par la vente de disques en négligeant l’édition. Aujourd’hui, c’est l’inverse : certains misent tout sur l’édition, au détriment de la production et de la création. C’est une erreur : ce qui fait la valeur d’un artiste et son potentiel, c’est encore et avant tout la qualité de ses chansons. »
avatar
CC Rider

Messages : 6564
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 96

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau disquaire à Douai !!!

Message  JC le Mar 1 Mar 2016 - 20:46

http://www.lavoixdunord.fr/region/le-disquaire-renait-eclipse-musique-ouvre-ce-mardi-a-douai-ia16b0n3359146


Le disquaire renaît : Éclipse musique ouvre ce mardi à Douai

Des vinyles de Zappa, Hendrix ou Sinatra « introuvables ailleurs », des trésors de la musique classique, rock, jazz sont quelques-unes des promesses gueulantes du nouveau disquaire Jean-Pierre Julien, 53 ans, dont la nouvelle boutique Éclipse musique ouvre mardi, rue des Minimes.



Ce mardi, le disquaire fait un retour fracassant à Douai. « Je ne fais que de la qualité, de la qualité » répète à l’envi Jean-Pierre Jullien qui ouvre sa nouvelle boutique Éclipse musique, rue des Minimes. Le magasin ressemble à la caverne d’Ali Baba pour les mélomanes.

« Des trucs incroyables »

Sur le mur, au-dessus d’un imposant piano droit datant de 1925, trône la photo reposante et l’allure concentrée du musicien indien Ravi Shankar. « Les gens viendront aussi ici pour se détendre et écouter de la bonne musique », explique J. P. À Douai, tout le monde le connaît. Ancien disquaire au Temple du disque pendant quatorze ans, J. P. cultive le goût de toutes les musiques.
Des Franck Zappa et Sinatra à Jacques Brel en passant par le vinyle de Peter Gabriel at the Roxy : « Officiellement, ce vinyle n’existe pas. C’est un pirate enregistré lors d’un concert en 77, expose fièrement J. P. Mon secret : on trouve ici des trucs incroyables qu’on ne trouvera pas ailleurs. »

Comme ce vinyle de Jeff Beck importé du Japon. « C’est une pièce de collection qui vaut 400 €. Un trio guitare, basse, batterie, un vrai bon rock des années 70. » Dans les bacs qui respirent le neuf, c’est le juste triomphe de l’ancien : les musiques de films de Charlie Chaplin et l’album Sunrise de Eire Apparent, le seul album produit par Jimi Hendrix, attendent de tourner sur l’électrophone. Le disquaire revendique d’ailleurs une totale indépendance dans le large choix de CD et de vinyles de son magasin : « L’entrée de la boutique est interdite aux majors, pas de Madonna ni de Mylène Farmer ! » Comprenez : « La soupe s’achète au supermarché », lâche sans peine J. P., véritable encyclopédie vivante de la musique. Incollable, Jean-Pierre est un vrai disquaire à l’ancienne. Il paraît que ça commençait à manquer à Douai.

Les trésors de la boutique



L’album king-kong de Jean-Luc Ponty, une reprise du morceau King Kong de Franck Zappa. « C’est une merveille. Franck Zappa est un artiste qui a su digérer tout ce qui peut se faire en musique : jazz, classique, rock… C’est un inclassable. C’est mon trésor »

Le clash des civilisations n’aura pas lieu. Dans le rayon des CD classiques, l’album Orient Occident, hommage à la Syrie résume l’état d’esprit de J. P. : « La musique rapproche les gens, abolit les frontières. Lorsqu’on écoute la musique d’un homme, on ne lui reproche ni sa couleur, ni sa religion. » J. P. offre une belle place aux musiques du monde : turque, chinoise, arabe, cubaine et du blues touareg, chants corses…

Le coin Cosy
Deux fauteuils et une machine à café sont installés au fond de la boutique. « Je ne fais pas que du tiroir-caisse. Les gens peuvent venir écouter de la musique, se détendre, c’est un magasin à l’ancienne. »

Des concerts et un partenariat
Éclipse musique est partenaire de l’Orchestre de Douai. Les musiciens qui s’y produisent viendront parfois faire des concerts au sein de la boutique. Un piano accordé est en accès libre au sein du magasin.

Horaires
Du mardi au samedi de 10 h à 12 h 30 et de 14 h 30 à 19 h, 28, rue des Minimes. Informations : www.eclipse.musique.fr et 09 80 79 05 12.


Bon le lien internet ramène à un site de rencontre (?!!!), mais en tout cas c'est sympa, je vais sans doute y faire un saut samedi.
avatar
JC

Messages : 2933
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 44
Localisation : Quelquepart entre Woodstock, Asbury Park, Haight Ashbury, Detroit, Muscle Shoals & Memphis...
Album préféré : The Wild, The Innocent And The E Street Shuffle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où acheter des vinyls ?

Message  CC Rider le Jeu 10 Mar 2016 - 10:56

http://rue89.nouvelobs.com/2016/03/08/retour-vinyle-letrange-exception-dure-263400
avatar
CC Rider

Messages : 6564
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 96

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où acheter des vinyls ?

Message  Fabrice le Jeu 10 Mar 2016 - 15:18

CC Rider a écrit:http://rue89.nouvelobs.com/2016/03/08/retour-vinyle-letrange-exception-dure-263400

Merci pour l'article.
Une information m'a vraiment étonné : la rémunération des passages radios (selon le graphique). 14 passages radio généreraient 100 euros (autant que 100 disques vendus et 250.000 écoutes en streaming payant..).. De l'importance d'avoir des ami(e)s DJ..
avatar
Fabrice
Admin

Messages : 5123
Date d'inscription : 15/06/2011
Localisation : London, ON

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où acheter des vinyls ?

Message  CC Rider le Jeu 10 Mar 2016 - 15:57

Fabrice a écrit:
CC Rider a écrit:http://rue89.nouvelobs.com/2016/03/08/retour-vinyle-letrange-exception-dure-263400

Merci pour l'article.
Une information m'a vraiment étonné : la rémunération des passages radios (selon le graphique). 14 passages radio généreraient 100 euros (autant que 100 disques vendus et 250.000 écoutes en streaming payant..).. De l'importance d'avoir des ami(e)s DJ..

c'est la limite de l'article.
Il a oublié de préciser "grosses radios". RTL, Europe, France Inter, NRJ.
Celles dont l'audience est grosse et les droits payés en conséquences
avatar
CC Rider

Messages : 6564
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 96

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où acheter des vinyls ?

Message  François le Ven 17 Juin 2016 - 7:52

Il doit y avoir des pépites  dans cette vente aux enchères de Vinyles...  Very Happy

8 000 disques vinyles issus de la collection de la discothèque de Radio France seront proposés à la vente au public le dimanche 19 juin à la Maison de la radio.
...
http://www.radiofrance.fr/espace-pro/evenements/vente-aux-encheres-de-vinyles-2016
...
La vente vous permettra peut-être d'acquérir l'un des disques emblématiques :

45 tours - 4 titres - Stevie Wonder - A place in the sun - 1966 - Tamla Motown
33 tours - The Velvet Underground & Nico - 1966 – Verve  
33 tours - The Beatles – Sgt. Pepper Lonely Hearts Club Band – 1967 – EMI / Parlophone
45 tours - Syd Barrett – Octopus – 1970 – Harvest
33 tours - Fela Kuti – Shakara – 1972 – EMI
Coffret 33 tours - Henryk Szeryng – Bach – 3 Sonates et Partitas pour violon seul – années 50 – Odéon
33 tours - Pierre Henry – Mise en musique du Corticalart - 1971 – Philips / Prospectives 21° siècle

Vous pourrez ainsi tenter d’acquérir une pépite de jazz, de rock, de classique, d’électronique… Et bien d'autres genres musicaux. L'estimation des vinyles, en valeur de vente aux enchères, s’échelonne de 1€ à 7 000€ .

Smile
avatar
François

Messages : 345
Date d'inscription : 27/04/2016
Album préféré : Live In New York

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où acheter des vinyls ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum