CALCIO ET BOTTES EN CROCO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CALCIO ET BOTTES EN CROCO

Message  Leadbelly II le Mar 15 Mai 2012 - 13:03

Le week-end dernier, la saison 2011/2012 s'est terminée.

Mais c'est surtout une page entière du calcio qui s'est tournée avec les fins de carrière d'Inzaghi, Del Piero...

Avec eux, c'est surtout un pan entier du foot qui s'en va

Ronaldo, aussi bon soit-il n'aura jamais la classe de Del Piero...

Seulement dans le foot moderne, même un club comme la Juve se sépare sans état d'âme d'un joueur qui a passé 19 ans au club...

L'antithèse d'un TEVEZ en quelque sorte....

Ciao CAPITANO !!






Leadbelly II

Messages : 126
Date d'inscription : 22/06/2011
Age : 40
Localisation : Dans ma Chevy de 69

Revenir en haut Aller en bas

Del Piero et les anciens

Message  Invité le Mar 15 Mai 2012 - 13:49

Ouèp.
Vu ça.
Un peu comme Raul il y a peu à Madrid.
Del Piero un des bonhommes qui fait partie de ceux qui sont restés au moment de la relégation.

La lettre de Del Piero publiée sur son site internet:

"Quand nous gagnions, toujours. Sur le terrain.
Quand nous sommes tombés.
Quand nous ne savions pas ce qui allait se passer.
Quand nous l'avons su, et l'avons accepté. Luttant pour nous relever.
Quand nous sommes entrés sur le terrain à Rimini.
Quand les autres festoyaient.
Quand nous restions là à observer.
Quand ils espéraient que nous ne serions jamais de retour.
Quand nous commencions à revenir.
Quand nous luttions pour retrouver la voie.
Quand nous l'avons retrouvé : en gagnant.

Cette fête est la nôtre, conquise jusqu'à la dernière goutte de sueur.
C'est la fête de ceux qui y ont toujours cru.
C'est votre fête à tous, vous qui au lieu d'abandonner, nous avez fait entendre encore plus fort votre voix.
C'est la fête de tous ceux qui ont autant exulté pour un but en Serie B que ce Scudetto gagné.
C'est la fête de nos adversaires, pas tous, ceux qui nous ont toujours respecté.
C'est la fête de Balzaretti, Belardi, Bianco, Birindelli, Bojinov, Boumsong, Buffon, Camoranesi, Chiellini, De Ceglie, Giannichedda, Giovinco, Guzman, Kovac, Lanzafame, Legrottaglie, Marchionni, Marchisio, Mirante, Nedved, Palladino, Paro, Piccolo, Trezeguet, Venitucci, Zalayeta, Zanetti, Zebina, Deschamps.

Cela devait finir ainsi, je n'ai jamais cessé d'y croire.
Merci à vous tous. Réjouissons-nous, nous l'avons mérité.
J'y étais, vous y étiez. Nous y étions. Et nous y sommes, finalement.
Nous sommes de retour.

Alessandro"


Et puis Super Pippo !!!
Le joueur qu'on a tous détesté un jour au moins quand on l'a vu aligné contre nos équipes préférés, mais que nous aurions tous adulé s'il avait joué sous une couleur qu'on supporte.
J'ai une espèce de fascination pour ces attaquants en mode léthal. dont j'aimerais connaître le ratio buts décisifs /total des buts marqués...
0 occasions, 3 buts dont un de la hanche au moment de tomber dans les six mètres sur un ballon qui rebondit sur le poteau, un autre que même la caméra n'a pas compris ce qu'elle a filmé et un troisième avec les deux défenseurs poussés et qui s'engueulent entre eux en faisant des bras d'honneur à l'arbitre pendant que Pippo, lui a déjà récupéré la balle dans les filets.

Le genre de gars qui correspond à la définition que Trezeguet faisait de son propre jeu: 'Les gens payent leur place au stade pour voir Zidane, pas pour me voir moi'.
Le joueur dont le philosophe-cinéaste Vikash Dhorasoo disait que les poteaux lui faisait des passes décisives.
Le type dont Mourinho alors à l'Inter et avant un derby a dit: 'Le Milan peut jouer avec 10 attaquants, tant que Inzaghi ne joue pas'.
Et ma préférée, celle de Ferguson, plein de respect: 'Inzaghi ? Il est né hors-jeu'.
Définitif.

Il est parti sur un dernier but:



Nesta (ou Gattuso je ne sais plus) à l'avant-dernière passe, Seedorf pour la passe décisive et Pippo pour conclure... le plus vieux but de l'année ! Wink Pas le moins émouvant. Les joueurs adverses et même l'arbitre ont félicité le lascar.

Respect !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CALCIO ET BOTTES EN CROCO

Message  Leadbelly II le Jeu 24 Mai 2012 - 7:52



C'est officiel, l'autre équipe de TURIN remonte en SERIE A...

Je ne suis pas spécialement supporter du TORINO mais pour moi ce club m'est assez sympathique. Ce côté looser, ces supporters vouant un culte à un passé qui ne reviendra jamais...

Un club qui, s'il n'avait pas connu LA tragédie, serait toujours dans le gotha du football italien....

Le 4 mai 1949 à 17 heures 03, l’appareil FIAT G-212 de la compagnie italienne Aeritalia, transportant l’équipe et l’encadrement du Torino A.C. revenant d’un match amical disputé à Lisbonne contre le Benfica, s’écrasait contre la partie inférieure de la basilique de Superga qui surplombe la plaine du Pô à quelques kilomètres de Turin. Aux côtés des membres de l'équipage, dix-huit vedettes du football, les entraîneurs Erbestein et Lievesley, les dirigeant Agnisetta et Civalleri, le soigneur Cortina, ainsi que les journalistes sportifs Casalbore, Cavallero et Tossati, trouvèrent la mort dans cette catastrophe aérienne. La nouvelle du crash se répandit rapidement dans la population turinoise et notamment parmi la classe ouvrière qui soutenait ce fier rival de la Juventus, le club de la FIAT. C'est Vittorio Pozzo, le sélectionneur de la squadra azzurra , vainqueur des Coupes du Monde 1934 et 1938, qui reconnut les corps de ceux que l'on commença rapidement à appeler i caduti di Superga . Deux jours plus tard, 500 000 personnes accompagnaient le convoi funèbre piazza Castello , l'une des plus grandes places de Turin et les obsèques étaient célébrées en présence de Giulio Andreotti alors sous-secrétaire d'Etat représentant le président du conseil italien Alcide De Gasperi. Le désastre connut aussi un fort retentissement hors des frontières italiennes. Dans l'hexagone, étaient pleurées les disparitions des deux Italiens de France acquis par le club italien en 1948 : Emile Bongiorni, l'avant-centre du Racing Club de Paris, et Roger Grava, l'ancien ailier gauche du Club Olympique Roubaix-Tourcoing. Avant la finale de la Coupe de France Racing-Lille, les Racingmen se relayèrent autour d'une chapelle ardente dressée sous la tribune officielle du Parc des Princes. De son côté, la FIFA décida de faire respecter une minute de silence sur les terrains de football du monde entier le dimanche 7 mai, alors que le club argentin de River Plate jouait plusieurs matches au profit des veuves et des orphelins des disparus. Toutefois, c'est bien sûr à Turin que le choc fut le plus durable et, depuis l'accident, dirigeants et joueurs se recueillent tous les ans à Superga le 4 mai ou viennent dédier aux disparus les moments de joie ( scudetto en 1976, promotions en Serie A ) devenus plus rares.

Outre le caractère traumatique d'une catastrophe impliquant des célébrités, le deuil de la capitale piémontaise célébrait une équipe record et au-delà le club symbole d'une époque. Fondé en 1906, le Torino avait connu ses premières heures de gloire quand il avait remporté deux titres deux champions d'Italie en 1927 (titre retiré ensuite pour corruption) et en 1928. Toutefois, c'est le petit industriel piémontais Ferruccio Novo qui, devenu président en novembre 1939, bâtit ce qui allait devenir le « grand Torino », par l'acquisition de l'avant-centre de la Juventus Gabetto et des deux inters de Venise Mazzola et Loik. Adoptant « il sistema », c'est-à-dire le WM, et continuant une politique de recrutement tout à la fois avisée et dispendieuse, le Torino remporta un premier titre en 1943, puis dans l'après-guerre quatre scudetti consécutifs de 1946 à 1949, le dernier lui étant conféré à titre « posthume ». Pendant ces années le Torino domina outrageusement le football italien et ses principaux rivaux, la Juventus et l'Inter. Il termina la saison 1946-1947 avec une avance de 10 points sur son dauphin et la saison suivante, l'écart s'élevait à 16 points. Son jeu offensif tranchait avec la tradition (déjà défensive) du football italien initiée par la Juventus au début des années trente. Les joueurs du Torino aimaient les scores fleuves en infligeant quelques corrections aux grands noms du calcio : victoire 7 à 1, par exemple, sur le terrain de la Roma et 5 à 0 face à l'Inter pendant la saison 1947-1948.

Cette excellence sportive s'inscrivait dans un contexte historique difficile, celui de la reconstruction d'une Italie vaincue et partiellement sous tutelle et dans une ville qui avait subi les bombardements alliés et connu les affres de l'occupation allemande et les combats de la résistance. La virtuosité du Torino, ses records faisaient oublier en quelque sorte les difficultés du moment et les horreurs du passé et proposaient une image rationnelle et optimiste du futur de l'Italie, comme les victoires de Bartali et Coppi dans le Tour de France venaient compenser les vexations infligées à l'Italie par la France dans l'immédiat après-guerre. Les succès du club renforçaient encore auprès des ouvriers de Turin l'aura granata (grenat, la couleur du maillot) d'une équipe qui leur permettait de prendre deux fois par an une revanche sur l'équipe du patron, la Juventus. L'édition turinoise de L'Unità , l'organe du Parti Communiste Italien, ne décrivait-il pas les vedettes du Torino comme d'authentiques représentants du prolétariat et du progressisme ?

Vénérés dans un culte doloriste et un peu masochiste, les « martyrs » de Superga sont devenus un mythe faisant oublier les faiblesses structurelles d'un club ne bénéficiant pas d'un public aussi nourri que ses rivaux milanais et romains, dont les comptes étaient constamment déficitaires et que certaines vedettes comme Valentino Mazzola, père de la future vedette interista Sandro Mazzola, voulaient quitter. De même, si la formation granata fournit l'ossature de l'équipe d'Italie, la squadra azzurra d'après-guerre n'égala pas les formations des années fascistes : en mai 1948, elle fut même écrasée 4 à 0 par l'équipe d'Angleterre au stadio comunale de Turin. Toutefois, à l'instar de Marcel Cerdan en France, le grand Torino symbolisait les espoirs en partie déçus d'une époque bouillonnante et complexe de la ville de Turin et de l'Italie. A ce titre, on peut considérer que la colline de Superga est un lieu de mémoire dépassant largement le cadre du football.


Paul Dietschy
Université de Franche-Comté



Leadbelly II

Messages : 126
Date d'inscription : 22/06/2011
Age : 40
Localisation : Dans ma Chevy de 69

Revenir en haut Aller en bas

Re: CALCIO ET BOTTES EN CROCO

Message  Jack of all trades le Dim 6 Oct 2013 - 18:48

Ce soir c'est classico en Gaule entre Massilia et Lutèce ! Et pendant ce temps en Italie, Rudy Garcia est en train de conquérir l'Empire romain ,7 matchs dans le calcio pour autant de victoire à la tête de l'AS Roma et déjà le peuple (supporter) chante à la gloire du gaulois !

Jack of all trades

Messages : 1770
Date d'inscription : 15/06/2011
Localisation : ile de france
Album préféré : Darkness On The Edge Of Town

Revenir en haut Aller en bas

Re: CALCIO ET BOTTES EN CROCO

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 7:55


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum