Born To Run (le livre)

Page 8 sur 15 Précédent  1 ... 5 ... 7, 8, 9 ... 11 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  nancy girl le Ven 14 Oct 2016 - 8:48

papi a écrit:29 en semaine deux c'est très mauvais parce que cela veut justement dire qu'en dehors des fans il n'y a pas de public pour le livre, malgré les critiques et la pub très visible des dernières semaines. Si l'objectif de l'éditeur était 100 000 ça va être compliqué de ne pas boire un bouillon. Qui se souviendra du livre dans trois ou quatre semaines après les prix littéraires Question
L'exposition chez les libraires n'est pas non plus super. A Toulouse dans la grande librairie de la ville (Ombres Blanches) il était confiné au rayon musique, et même pas en tête de gondole. Et à mon avis ce n'est pas spécifique à la ville de la plus grosse saucisse.

Moi je l'ai trouvé à NANCY le 27/09 dans une librairie du centre ville. Il était bien en évidence près des caisses alors que le rayon concernant les livres de chanteurs ou musiciens est au 4e étage de la librairie !!!!

nancy girl

Messages : 16
Date d'inscription : 10/03/2016
Age : 53
Localisation : NANCY
Album préféré : Born To Run

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  calispera le Ven 14 Oct 2016 - 10:42

metalxiii a écrit:100.000 exemplaires, c'est plus que le Stade de France qui avait eu de mal à se remplir en 2003 et 2013 et il y avait des étrangers au stade qui ne liront pas le livre en français.

Avec tout de même la différence que, pour lire un bouquin, il ne faut pas se déplacer jusque Paris (transport, logement, congé et autres arrangements), et que tous les fans ne se déplacent pas systématiquement à chaque tournée (ya des fans plus fans que d'autres on va dire).

En dehors des fans, le bouquin ne devrait pas intéresser grand monde.

Ce n'est pas en parlant de sa dépression, qu'on va attirer le lecteur moyen.

J'ose espérer que si. On est dans une société où de plus en plus de gens tombent de l'arbre. Que ce soit via la santé, les divorces, les deuils, les pertes d'emplois ou tout autre gros événement négatifs qui ne laissent finalement, avec l'âge pas grand monde sur la branche, sauf ceux qui y remontent rapidos dès que tombés, sans aucune remise en question. Et dans ce contexte, la dépression n'est plus regardée comme une maladie mentale pour ceux qui manquent de peps.
De plus, une star qui parle de la dépression, à mon avis ça peut attirer le lecteur, car la question immédiate c'est : comment a-t-il pu continuer dans un tel état, et aussi, comment a-t-il pu remonter la pente, ou encore, pourquoi sa vie de star ne l'a pas empêché de tomber là-dedans, ou encore, qu'est-ce qui dans la vie de star mène à la dépression?

L'autobiographie de Keith Richards avait un pouvoir d'attraction plus fort (drogues, alcool, sexe, etc.) que n'a pas Springsteen.

Il est en effet connu que l'argent, le pouvoir et le sexe mènent le monde. Mais à bien y regarder, même si c'est le cas pour la majorité des gens, ce ne l'est, et de  loin, pas pour tout le monde.

Je ne serais donc pas surprise que des gens pas si peu nombreux veulent en savoir plus sur la dépression du Boss. Cela dit, j'arrive à la moitié du bouquin, et il n'en a pas encore véritablement parlé. De plus, une fois l'enfance et l'adolescence passée, ses narrations sont bien plus remplies de données plus techniques ou en tout cas très en rapport avec sa musique, ses morceaux, et nettement moins en rapport avec un aspect récit autobiographique. Dans certaines descriptions, il est entendu que celui qui lit connait le morceau, ou alors c'est nettement moins intéressant, voire carrément nébuleux. Et ça, c'est en effet nettement moins attirant pour le quidam non fan.

calispera

Messages : 1252
Date d'inscription : 14/06/2011
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  metalxiii le Ven 14 Oct 2016 - 12:21

Pour attirer le quidam moyen, il faut une accroche (autre que la dépression, sur laquelle semble avoir été accès la "comm" dans la presse), et en France, Springsteen, n'a plus de réelle image dans le grand public.

Son dernier succès (Streets of Philadelphia) a plus de vingt ans.

Son public est très hétérogène, on ne peut pas le raccrocher à un type de population (comme Patti SMITH avec la "caste Bobo-Intello-gaucho-bio").

Le quidam moyen veut du croustillant, des interdits, et chez Springsteen, il n'y en a pas.
avatar
metalxiii

Messages : 1898
Date d'inscription : 14/06/2011
Localisation : 24 heures

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  papi le Ven 14 Oct 2016 - 12:40

metalxiii a écrit:Pour attirer le quidam moyen, il faut une accroche (autre que la dépression, sur laquelle semble avoir été accès la "comm" dans la presse), et en France, Springsteen, n'a plus de réelle image dans le grand public.

Son dernier succès (Streets of Philadelphia) a plus de vingt ans.

Son public est très hétérogène, on ne peut pas le raccrocher à un type de population (comme Patti SMITH avec la "caste Bobo-Intello-gaucho-bio").

Le quidam moyen veut du croustillant, des interdits, et chez Springsteen, il n'y en a pas.

Tu as raison Springsteen n'est pas un artiste grand public, il le déplore parfois lui-même, donc avec ou sans cul, drogues et trahisons il vendrait moins que Keith ou Mick. Après pour Patti Smith je trouve que tu es un peu dur avec ses lecteurs, ils vont bien au-delà de la petite caste que tu signales, justement parce qu'elle est aussi écrivain dans sa manière de raconter des éléments de sa vie, et une partie de son public est un public de lecteurs dans le sens des personnes qui lisent régulièrement plusieurs ouvrages par an/trimestre/mois.
Le problème de l'autobio de Springsteen c'est qu'elle peut être intéressante pour ses fans mais qu'elle ne peut pas intéresser un grand lecteur parce que c'est quand-même mal ou plutôt peu écrit. Et en plus c'est complètement auto-centré. Il ne raconte pas vraiment une histoire américaine mais sa version de l'histoire mythifiée que quelques uns véhiculent sur lui. C'est bien pour nous parce qu'on voit la part un peu sombre du bonhomme mais ça ne peut que tomber des mains des autres. Ce qui fait la qualité de l'ouvrage pour nous est un défaut pour d'autres lecteurs je pense.
avatar
papi

Messages : 1459
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 50
Localisation : Toulouse, banlieue nord de Barcelone

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  marv le Ven 14 Oct 2016 - 12:57

papi a écrit:
Le problème de l'autobio de Springsteen c'est qu'elle peut être intéressante pour ses fans mais qu'elle ne peut pas intéresser un grand lecteur parce que c'est quand-même mal ou plutôt peu écrit. Et en plus c'est complètement auto-centré.

Franchement, Papi, si tu en as l'occasion, essaie de lire la VO: tu verras que si effectivement, la langue de Springsteen reste très marquée par l'oralité, elle est quand même très littéraire dans un sens que je qualifierais, à défaut d'autre chose qui me vienne en tête, d'héritée des romans populaires américains (dans son argot, ses structures de phrases, etc...).
Et à mon sens, la traduction n'arrive pas toujours (de ce que j'en ai lu: environ une centaine de pages pour l'instant) à retranscrire cela: soit parfois par un excès de "lyrisme" ou alors par des traductions approximatives ou trop compliquées à rendre en français (Fabrice en avait parlé je crois).

Pour l'exemple dans les premières pages:
"Here we live in the shadow of the steeple, where the holy rubber meets the road, all crookedly blessed in God’s mercy, in the heart-stopping, pants-dropping, race-riot-creating, oddball-hating, soul-shaking, love-and-fear-making, heartbreaking town of Freehold, New Jersey. Let the service begin."

Traudction: "on habite tous à l'ombre du clocher, là tout se joue, tous tortueusement bénis dans la miséricorde de Dieu - dans cette ville éclectique, stupéfiante, qui génère des émeutes raciales et déteste les excentriques, cette ville qui vous secoue l'âme, qui vous brise le cœur: freehold, New Jersey".

C'est un passage difficile à traduire c'est une évidence mais la direction choisie fait perdre tout le passage en "-ing" qui créait une sorte de scansion proche du prêche.

marv

Messages : 629
Date d'inscription : 15/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  growinup le Ven 14 Oct 2016 - 13:04

papi a écrit:[q

Tu as raison Springsteen n'est pas un artiste grand public, il le déplore parfois lui-même, donc avec ou sans cul, drogues et trahisons il vendrait moins que Keith ou Mick. Après pour Patti Smith je trouve que tu es un peu dur avec ses lecteurs, ils vont bien au-delà de la petite caste que tu signales, justement parce qu'elle est aussi écrivain dans sa manière de raconter des éléments de sa vie, et une partie de son public est un public de lecteurs dans le sens des personnes qui lisent régulièrement plusieurs ouvrages par an/trimestre/mois.
Le problème de l'autobio de Springsteen c'est qu'elle peut être intéressante pour ses fans mais qu'elle ne peut pas intéresser un grand lecteur parce que c'est quand-même mal ou plutôt peu écrit. Et en plus c'est complètement auto-centré. Il ne raconte pas vraiment une histoire américaine mais sa version de l'histoire mythifiée que quelques uns véhiculent sur lui. C'est bien pour nous parce qu'on voit la part un peu sombre du bonhomme mais ça ne peut que tomber des mains des autres. Ce qui fait la qualité de l'ouvrage pour nous est un défaut pour d'autres lecteurs je pense.


C'est vrai qu'il n'a pas le même statut que Mick, Keith ou Paul McCartney mais on ne peut pas dire qu'il n'est pas grand public. Il est peut-être moins 'bien' connu.
Quant à la qualité du livre, je ne sais pas si c'est dû à un problème de traduction, mais l'ayant lu en anglais, je trouve pour ma part qu'il est vraiment bien écrit, pour tout un tas de raisons. Et même s'il est auto-centré (c'est un peu le propre de l'exercice), il décrit très bien l'ambiance des petites villes américaines des années 50, les changements culturels des années 60 et 70, le rapport à la musique et à l'exigence artistique, au succès, à l'argent et j'en passe.
Alors bien sûr, il faut avoir un certain intérêt pour le bonhomme pour se taper les 500 pages mais je pense que ça peut intéresser au-delà des fans.
Après, pour ce qui est du nombre de ventes, c'est certes important mais je ne pense pas que ça confirme ou non de la qualité d'une oeuvre (surtout quand on voit qui est en tête dans la catégorie essai)
avatar
growinup

Messages : 54
Date d'inscription : 17/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  skip mccoy le Ven 14 Oct 2016 - 13:45

Pareil, je le lis en Anglais et je suis régulièrement émerveillé par son style.
Il sait donner une dimension universelle (ou au moins, américaine) à ce qu'il raconte.


skip mccoy

Messages : 163
Date d'inscription : 24/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  skip mccoy le Ven 14 Oct 2016 - 13:49

marv a écrit:
papi a écrit:
Le problème de l'autobio de Springsteen c'est qu'elle peut être intéressante pour ses fans mais qu'elle ne peut pas intéresser un grand lecteur parce que c'est quand-même mal ou plutôt peu écrit. Et en plus c'est complètement auto-centré.

Franchement, Papi, si tu en as l'occasion, essaie de lire la VO: tu verras que si effectivement, la langue de Springsteen reste très marquée par l'oralité, elle est quand même très littéraire dans un sens que je qualifierais, à défaut d'autre chose qui me vienne en tête, d'héritée des romans populaires américains (dans son argot, ses structures de phrases, etc...).
Et à mon sens, la traduction n'arrive pas toujours (de ce que j'en ai lu: environ une centaine de pages pour l'instant) à retranscrire cela: soit parfois par un excès de "lyrisme" ou alors par des traductions approximatives ou trop compliquées à rendre en français (Fabrice en avait parlé je crois).

Pour l'exemple dans les premières pages:
"Here we live in the shadow of the steeple, where the holy rubber meets the road, all crookedly blessed in God’s mercy, in the heart-stopping, pants-dropping, race-riot-creating, oddball-hating, soul-shaking, love-and-fear-making, heartbreaking town of Freehold, New Jersey. Let the service begin."

Traudction: "on habite tous à l'ombre du clocher, là tout se joue, tous tortueusement bénis dans la miséricorde de Dieu - dans cette ville éclectique, stupéfiante, qui génère des émeutes raciales et déteste les excentriques, cette ville qui vous secoue l'âme, qui vous brise le cœur: freehold, New Jersey".

C'est un passage difficile à traduire c'est une évidence mais la direction choisie fait perdre tout le passage en "-ing" qui créait une sorte de scansion proche du prêche.

La traduction française, trop littérale, est même tout à fait imbitable.

skip mccoy

Messages : 163
Date d'inscription : 24/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  papi le Ven 14 Oct 2016 - 13:49

Growingup moi aussi j'ai cru à un problème de traduction au début puis je me suis ravisé, c'est le style Springsteen qui n'est pas littéraire au sens où on peut l'entendre. Sa forme littéraire c'est l'écriture de chansons. Le récit, la narration romanesque ou autobio c'est pas son truc, c'est pas grave pour le prix Nobel depuis...hier Smile D'ailleurs les critiques relève l'aspect naïf et sincère de l'ouvrage et rien de plus.
J'ai trouvé que sur le changement culturel des années 60-70 c'était beaucoup moins précis, documenté, intéressant à lire par exemple que just kids de Patti Smith et de très très loin. Mais encore une fois ce n'est pas ce qu'on lui demandait et ce n'est pas ce qu'il a promis, ni même ce sur quoi est faite la pub du bouquin. Sur la vie des petits blancs aux States dans les années 50 c'est quand-même très limité. Le point un peu intéressant c'est la situation de marginal dans la périphérie de New-York et encore c'est à des années lumières par exemple de Ringolevio. L'intérêt de l'ouvrage est dans la sincérité du mec qui écrit et c'est d'autant plus fort que c'est une star régionale (mondiale pendant 2 ans) du rock qui ose un peu tomber le masque.
avatar
papi

Messages : 1459
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 50
Localisation : Toulouse, banlieue nord de Barcelone

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  CC Rider le Ven 14 Oct 2016 - 13:53

growinup a écrit:

C'est vrai qu'il n'a pas le même statut que Mick, Keith ou Paul McCartney mais on ne peut pas dire qu'il n'est pas grand public. Il est peut-être moins 'bien' connu.


si je puis me permettre...ça n'est pas une question de "statut".
Les gens s'en fichent des statuts...
Les Stones, les Beatles, c'est juste universel.
Ils sont bien plus transgénérationnels que Bruce ne le sera jamais, malgré certains efforts.
Tu vas dans une soirée chez des amis.
Il y a de la musique pour tout le monde...tu entendras des Beatles, des Doors, des Stones..;des chansons qui ont accompagnés les gens lors de leur passage à la vie d'adulte ou à la condition de parents.
Le Boss n'évoque rien pour le grand public. Mais alors rien de chez rien au delà d'un vague souvenir d'un truc braillé avec un bandana sur la tête il y a longtemps.
Rien d'universel là dedans...et s'il faut comparer les époques en question, si dans la même fête l'hôte passe des titres de 83/84/85...ce sera du Cindy Lauper, du Michael Jackson, du Foreigner, du Yes, du ce que tu veux (Inxc ou U2 même)...Mais pas BitUSA, par exemple.
Désolé, c'est un peu abrupt, mais il faut juste arrêter de voire Bruce où il n'est pas.
Mon pote assureur non spécialiste de musique est allé à Bercy avec ses potes en Juillet.
Premier concert.
Il ne connaissait pas un titre sauf "The River".
Et c'est le cas pour un paquet de gens.

On est bien en deçà des 100 000 exemplaires espérés, qui me semblent lunaires.
Le chiffre et les espoirs qui vont avec fait d'ailleurs beaucoup sourire chez Sony ou "on sait" que c'est raide d'arriver à vendre 40 000 nouvelles galettes du boss ces jours ci.
Il n'y aura pas des masses de relais au delà de l'événement lancement.
Parce qu'il n'y a pas de place. C'est déjà remplacé par autre chose.
L'événement de la bio, de la manière dont elle a été lancée, ne peux générer que ce genre de truc: ou un ras de marée ou pas grand chose de plus que la vague habituelle.

Ca n'est pas dire du mal ou du bien que de raisonner comme çà..c'est juste pragmatique.

En parlant simplement du livre et de son contenu. Le comparer à celui de Keith est une mauvaise idée.
Pour ce que dit (fort justement à mon avis) Metal, mais aussi car le thème du livre de Keith est plus palpable par un Européen.
Tout le début qui évoque simplement l'enfance d'un gamin Anglais au lendemain de la guerre est super porteur, bien au delà de l'histoire d'un simple musicien.

Il faut que je le finisse le bouquin. Pas forcément convaincu par la traduction, mais emballé par le contenu.
Par contre incapable de le conseiller et de répondre "oui vas y" à un béotien.
Alors que le poche de Life je l'ai offert une bonne demi douzaine de fois à des personnes qui ne connaissent pas franchement la musique dans ses détails.
Ils ont adoré...
Pas sûr qu'ils me répondent pareil pour "Born To Run".

Et puis la bande son qui va avec (le best of) est quand même un truc inversement efficace à l'effet recherché (l'ouverture plus grand public).
Tu vends du Bruce à un béotien et tu commences une compil 15 titres par 5 titres que même nous, fan de base, trouvons sans intérêt.
C'est ballot.
avatar
CC Rider

Messages : 6565
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 96

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  growinup le Ven 14 Oct 2016 - 14:03

CC Rider a écrit:


si je puis me permettre...ça n'est pas une question de "statut".
Les gens s'en fichent des statuts...
Les Stones, les Beatles, c'est juste universel.
Ils sont bien plus transgénérationnels que Bruce ne le sera jamais, malgré certains efforts.
Tu vas dans une soirée chez des amis.
Il y a de la musique pour tout le monde...tu entendras des Beatles, des Doors, des Stones..;des chansons qui ont accompagnés les gens lors de leur passage à la vie d'adulte ou à la condition de parents.
Le Boss n'évoque rien pour le grand public. Mais alors rien de chez rien au delà d'un vague souvenir d'un truc braillé avec un bandana sur la tête il y a longtemps.
Rien d'universel là dedans...et s'il faut comparer les époques en question, si dans la même fête l'hôte passe des titres de 83/84/85...ce sera du Cindy Lauper, du Michael Jackson, du Foreigner, du Yes, du ce que tu veux (Inxc ou U2 même)...Mais pas BitUSA, par exemple.
Désolé, c'est un peu abrupt, mais il faut juste arrêter de voire Bruce où il n'est pas.
Mon pote assureur non spécialiste de musique est allé à Bercy avec ses potes en Juillet.
Premier concert.
Il ne connaissait pas un titre sauf "The River".
Et c'est le cas pour un paquet de gens.
Bien en deçà des 100 000 exemplaires espérés, qui me semblent lunaires.
Le chiffre et les espoirs qui vont avec fait d'ailleurs beaucoup sourire chez Sony ou "on sait" que c'est raide d'arriver à vendre 40 000 nouvelles galettes du boss ces jours ci.
Il n'y aura pas des masses de relais au delà de l'événement lancement.
Parce qu'il n'y a pas de place. C'est déjà rem:placé par autre chose.
L'événement de la bio, de la manière dont elle a été lancée, ne peux générer que ce genre de truc: un ras de marée ou pas grand chose de plus que la vague habituelle.


J'ai dû mal m'exprimer en parler de 'statut' mais ce que tu dis rejoint tout à fait ce que je voulais moi-même dire, c'est-à-dire qu'il n'a pas du tout le même 'statut' universel que ceux que tu as cités. Et en effet, je ne conseillerais pas forcément non plus son livre à quelqu'un qui ne le connait pas spécialement
Pour le reste, bien écrit ou pas, littéraire ou pas, à chacun de trancher. Pour ma part, je trouve que c'est un style littéraire et de qualité avec un contenu riche et vivant.
avatar
growinup

Messages : 54
Date d'inscription : 17/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  CC Rider le Ven 14 Oct 2016 - 14:13

growinup a écrit:
Pour le reste, bien écrit ou pas, littéraire ou pas, à chacun de trancher. Pour ma part, je trouve que c'est un style littéraire et de qualité avec un contenu riche et vivant.

itou Smile
avatar
CC Rider

Messages : 6565
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 96

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  François le Ven 14 Oct 2016 - 15:37

C'est tout frais !

La petite et la grande histoire de Bruce Springsteen
...
http://www.lalibre.be/culture/musique/la-petite-et-la-grande-histoire-de-bruce-springsteen-5800ba79cd70cd5761ca4f71
...

J'aime bien cette citation ! Wink
“Les chansons sont souvent des tests de Rorschach auditifs : on y entend ce qu’on a envie d’entendre”

Smile
avatar
François

Messages : 345
Date d'inscription : 27/04/2016
Album préféré : Live In New York

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  Fabrice le Ven 14 Oct 2016 - 16:37

Je corrige le chiffre de la descente : le classement définitif de la semaine selon edistat est 22 et non pas 29. Et donc une chute de 17 places. Il y a plusieurs "baromètres" pour les ventes de livres et Edistat est celui qui a l'assise la plus large.
Sur 7 jours roulants, le livre est 47 pour datalib (librairies indépendantes).

L'article cité par François me fait penser qu'il ne faut pas oublier qu'Albin Michel diffuse aussi dans toute la francophonie (Belgique, Suisse, Québec principalement) et qu'il faudrait aussi intégrer les ventes et les espoirs de ventes dans ces contrées.
avatar
Fabrice
Admin

Messages : 5125
Date d'inscription : 15/06/2011
Localisation : London, ON

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  papi le Ven 14 Oct 2016 - 17:08

marv a écrit:
papi a écrit:
Le problème de l'autobio de Springsteen c'est qu'elle peut être intéressante pour ses fans mais qu'elle ne peut pas intéresser un grand lecteur parce que c'est quand-même mal ou plutôt peu écrit. Et en plus c'est complètement auto-centré.

Franchement, Papi, si tu en as l'occasion, essaie de lire la VO: tu verras que si effectivement, la langue de Springsteen reste très marquée par l'oralité, elle est quand même très littéraire dans un sens que je qualifierais, à défaut d'autre chose qui me vienne en tête, d'héritée des romans populaires américains (dans son argot, ses structures de phrases, etc...).
Et à mon sens, la traduction n'arrive pas toujours (de ce que j'en ai lu: environ une centaine de pages pour l'instant) à retranscrire cela: soit parfois par un excès de "lyrisme" ou alors par des traductions approximatives ou trop compliquées à rendre en français (Fabrice en avait parlé je crois).

Pour l'exemple dans les premières pages:
"Here we live in the shadow of the steeple, where the holy rubber meets the road, all crookedly blessed in God’s mercy, in the heart-stopping, pants-dropping, race-riot-creating, oddball-hating, soul-shaking, love-and-fear-making, heartbreaking town of Freehold, New Jersey. Let the service begin."

Traudction: "on habite tous à l'ombre du clocher, là tout se joue, tous tortueusement bénis dans la miséricorde de Dieu - dans cette ville éclectique, stupéfiante, qui génère des émeutes raciales et déteste les excentriques, cette ville qui vous secoue l'âme, qui vous brise le cœur: freehold, New Jersey".

C'est un passage difficile à traduire c'est une évidence mais la direction choisie fait perdre tout le passage en "-ing" qui créait une sorte de scansion proche du prêche.
T'as raison c'est certainement différent de le lire en VO mais là sur l'exemple choisi je me dis que je suis content d'avoir lu le livre en français, le phrasé du prêche c'est ce que j'aime le moins chez Springsteen Wink
Cela dit je suis très content d'avoir lu Born to run mais absolument pas pour les qualités littéraires du récit. D'ailleurs moi non plus je ne me verrai pas le conseiller à des lecteurs émérites, mais par contre à tous les fans de Springsteen oui et aussi à des passionnés de rock. Il a mis dans cet ouvrage ce qui le distingue d'entre tous, la sincérité, et aussi il a habilement règlés quelques comptes avec le sourire et pas mal de non dit.
avatar
papi

Messages : 1459
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 50
Localisation : Toulouse, banlieue nord de Barcelone

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  calispera le Ven 14 Oct 2016 - 19:42

Fabrice a écrit:Je corrige le chiffre de la descente : le classement définitif de la semaine selon edistat est 22 et non pas 29. Et donc une chute de 17 places. Il y a plusieurs "baromètres" pour les ventes de livres et Edistat est celui qui a l'assise la plus large.
Sur 7 jours roulants, le livre est 47 pour datalib (librairies indépendantes).

L'article cité par François me fait penser qu'il ne faut pas oublier qu'Albin Michel diffuse aussi dans toute la francophonie (Belgique, Suisse, Québec principalement) et qu'il faudrait aussi intégrer les ventes et les espoirs de ventes dans ces contrées.

J'ignore les statistiques belges, mais je suis passée tout à l'heure dans l'un des magasins d'une chaîne belge de librairie-papeterie : Club.

J'ai dû chercher pour trouver le bouquin : loin des gondoles les plus visibles, parmi les autres livres musicaux. C'est logique, c'est toujours comme ça dans les librairies, mais pour des autobiographies musicales comme celle-ci, ça joue contre les ventes, car le quidam ne les verra pas. Seul le fan musical aura l'occasion de le voir.

S'il y a un Bruxellois qui passe à la librairie "Filigranes" (la plus large d'Europe ou du monde en terme de surface d'exposition), ce serait intéressant de savoir si le bouquin est aussi présenté près de l'entrée (ou de la sortie), car le rayon musical est vraiment très loin, bien caché, parmi les autres rayons spécialisés; et probablement assez peu visité par rapport aux rayons grand public, proches de l'entrée. Bon, c'est juste une remarque pour ma curiosité personnelle. Car il est peu probable que mon chemin passe par cette libraire dans les semaines qui viennent.

calispera

Messages : 1252
Date d'inscription : 14/06/2011
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  Fabrice le Sam 15 Oct 2016 - 16:30

Une critique favorable dans le quotidien québecois Le Devoir. Ca fera plaisir à l'écrivain mais pas à l'éditeur de lire les dernières lignes.

http://www.ledevoir.com/culture/livres/482193/rage-de-vivre-joie-de-vivre-mal-de-vivre

Avertissement : évitez à tout prix la traduction en argot franchouillard de Nicolas Richard pour l’éditeur Albin Michel. Bruce qui va au « lycée », transporte son « matos », parle du copain « craignos », ça gâche la lecture. L’édition originale américaine, quitte à trouver quelqu’un pour la traduire à mesure, vaudra mille fois mieux. Et ça se lira à voix haute, comme une chanson de Springsteen. Avec beaucoup, beaucoup de couplets.
avatar
Fabrice
Admin

Messages : 5125
Date d'inscription : 15/06/2011
Localisation : London, ON

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  papi le Sam 15 Oct 2016 - 16:40

Ah d'accord c'est une longue chanson de 600 pages éditée dans un format livre Exclamation Mais c'est à Springsteen qu'il fallait le donner le prix Nobel de littérature vu l'effort de forme qu'il avait fait pirat
Je ne sais pas ce que vaut le reste de la critique mais quand-même les dernières ne sont pas très sérieuses ou alors je ne comprends pas les subtilités de l'humour québécquois
avatar
papi

Messages : 1459
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 50
Localisation : Toulouse, banlieue nord de Barcelone

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  calispera le Sam 15 Oct 2016 - 16:52

Fabrice a écrit:Une critique favorable dans le quotidien québecois Le Devoir. Ca fera plaisir à l'écrivain mais pas à l'éditeur de lire les dernières lignes.

http://www.ledevoir.com/culture/livres/482193/rage-de-vivre-joie-de-vivre-mal-de-vivre

Avertissement : évitez à tout prix la traduction en argot franchouillard de Nicolas Richard pour l’éditeur Albin Michel. Bruce qui va au « lycée », transporte son « matos », parle du copain « craignos », ça gâche la lecture. L’édition originale américaine, quitte à trouver quelqu’un pour la traduire à mesure, vaudra mille fois mieux. Et ça se lira à voix haute, comme une chanson de Springsteen. Avec beaucoup, beaucoup de couplets.

Moi ce qui m'a frappé dès le début du bouquin c'est qu'il tutoie le lecteur, alors que forcément en anglais, il ne le fait pas, puisque le "you" ne définit pas si on est en forme polie ou pas.

Or c'est très inhabituel qu'un auteur tutoie son lecteur, et dans mon chef, Bruce s'il avait été francophone, n'aurait sans doute pas tutoyé.

Encore heureux, ce n'est pas trop souvent, mais ça donne immédiatement le ton du type de traduction, ce qui fait que je ne suis pas trop étonnée de la critique québecoise.

Bruce a du franc parler, il raconte parfois des choses ras des pâquerettes, mais rarement avec du vocabulaire trash.

J'attendrais ça plutôt de Renaud ou de Arnot. Et encore...

calispera

Messages : 1252
Date d'inscription : 14/06/2011
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  Fabrice le Sam 15 Oct 2016 - 16:55

papi a écrit:Ah d'accord c'est une longue chanson de 600 pages éditée dans un format livre Exclamation  Mais c'est à Springsteen qu'il fallait le donner le prix Nobel de littérature vu l'effort de forme qu'il avait fait pirat
Je ne sais pas ce que vaut le reste de la critique mais quand-même les dernières ne sont pas très sérieuses  ou alors je ne comprends pas les subtilités de l'humour québécquois

J'ai copier les dernières lignes pour ce qui est dit de la traduction en français. Dans un contexte où les deux éditions sont disponibles, la VF ne fait pas le poids.
avatar
Fabrice
Admin

Messages : 5125
Date d'inscription : 15/06/2011
Localisation : London, ON

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  skip mccoy le Lun 17 Oct 2016 - 8:26

papi a écrit:Ah d'accord c'est une longue chanson de 600 pages éditée dans un format livre Exclamation  Mais c'est à Springsteen qu'il fallait le donner le prix Nobel de littérature vu l'effort de forme qu'il avait fait pirat
Je ne sais pas ce que vaut le reste de la critique mais quand-même les dernières ne sont pas très sérieuses  ou alors je ne comprends pas les subtilités de l'humour québécquois

c'est pourtant clair: la traduction française est merdique.

skip mccoy

Messages : 163
Date d'inscription : 24/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  skip mccoy le Lun 17 Oct 2016 - 8:41

papi a écrit:
marv a écrit:
papi a écrit:
Le problème de l'autobio de Springsteen c'est qu'elle peut être intéressante pour ses fans mais qu'elle ne peut pas intéresser un grand lecteur parce que c'est quand-même mal ou plutôt peu écrit. Et en plus c'est complètement auto-centré.

Franchement, Papi, si tu en as l'occasion, essaie de lire la VO: tu verras que si effectivement, la langue de Springsteen reste très marquée par l'oralité, elle est quand même très littéraire dans un sens que je qualifierais, à défaut d'autre chose qui me vienne en tête, d'héritée des romans populaires américains (dans son argot, ses structures de phrases, etc...).
Et à mon sens, la traduction n'arrive pas toujours (de ce que j'en ai lu: environ une centaine de pages pour l'instant) à retranscrire cela: soit parfois par un excès de "lyrisme" ou alors par des traductions approximatives ou trop compliquées à rendre en français (Fabrice en avait parlé je crois).

Pour l'exemple dans les premières pages:
"Here we live in the shadow of the steeple, where the holy rubber meets the road, all crookedly blessed in God’s mercy, in the heart-stopping, pants-dropping, race-riot-creating, oddball-hating, soul-shaking, love-and-fear-making, heartbreaking town of Freehold, New Jersey. Let the service begin."

Traudction: "on habite tous à l'ombre du clocher, là tout se joue, tous tortueusement bénis dans la miséricorde de Dieu - dans cette ville éclectique, stupéfiante, qui génère des émeutes raciales et déteste les excentriques, cette ville qui vous secoue l'âme, qui vous brise le cœur: freehold, New Jersey".

C'est un passage difficile à traduire c'est une évidence mais la direction choisie fait perdre tout le passage en "-ing" qui créait une sorte de scansion proche du prêche.
T'as raison c'est certainement différent de le lire en VO mais là sur l'exemple choisi je me dis que je suis content d'avoir lu le livre en français, le phrasé du prêche c'est ce que j'aime le moins chez Springsteen Wink

La question n'est pas celle du goût de papi mais celle de l'expression d'un auteur. Que tu l'aimes ou non, on s'en tape: l'énumération en "-ing", c'est du pur Springsteen et c'est riche de sens tandis que la traduction ne ressemble à rien. "cette ville éclectique, stupéfiante, qui génère des émeutes raciales et déteste les excentriques" n'est pas qu'une trahison de l'écrivain d'origine: c'est une abomination absolue.
Quand je lis ça, je comprends tout à fait que tu ne lui reconnaisses pas les qualités littéraires que ceux qui le lisent en Anglais s'accordent à lui reconnaître.

skip mccoy

Messages : 163
Date d'inscription : 24/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  papi le Lun 17 Oct 2016 - 10:27

La traduction est difficile de toute façon, que ce soit pour Springsteen ou pour quelqu'un d'autre. En l'occurence celui qui a traduit l'ouvrage en français n'est pas un novice ou un inconnu, il a traduit entre autres Pychon et Hunter S Thomson. Certes cela ne veut pas dire que sa traduction ici est automatiquement bonne, mais ce n'est pas un bourrin et les questions que beaucoup se posent il a dû lui-même se les poser au moment de traduire.
Pour ma part je trouve que le style de Sprinsteen va bien pour des textes court comme des chansons, va bien aussi pour les prêches des concerts mais cela ne fait pas forcément un truc facile ou agréable à lire c'est tout. Le fait par exemple que l'histoire soit racontée de manière chronologique n'est pas passionnante. La multiplication des chapitres n'est pas géniale non plus, et puis surtout il y a des chapitres très prenant et d'autres où il est bien difficile de rentrer, en gros l'unité du livre n'est pas évidente en dehors de la relation père-fils.
avatar
papi

Messages : 1459
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 50
Localisation : Toulouse, banlieue nord de Barcelone

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  CC Rider le Lun 17 Oct 2016 - 10:31

papi a écrit:La traduction est difficile de toute façon, que ce soit pour Springsteen ou pour quelqu'un d'autre. En l'occurence celui qui a traduit l'ouvrage en français n'est pas un novice ou un inconnu, il a traduit entre autres Pychon et Hunter S Thomson. Certes cela ne veut pas dire que sa traduction ici est automatiquement bonne, mais ce n'est pas un bourrin et les questions que beaucoup se posent il a dû lui-même se les poser au moment de traduire.
Pour ma part je trouve que le style de Sprinsteen va bien pour des textes court comme des chansons, va bien aussi pour les prêches des concerts mais cela ne fait pas forcément un truc facile ou agréable à lire c'est tout. Le fait par exemple que l'histoire soit racontée de manière chronologique n'est pas passionnante. La multiplication des chapitres n'est pas géniale non plus, et puis surtout il y a des chapitres très prenant et d'autres où il est bien difficile de rentrer, en gros l'unité du livre n'est pas évidente en dehors de la relation père-fils.

il semble que les délais "habituels" pour la traduction d'un roman aussi important (en taille) ait été très très raccourcis sur ce coup.
Il y a eu accélération du tempo à un moment donné



avatar
CC Rider

Messages : 6565
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 96

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  papi le Lun 17 Oct 2016 - 10:47

CC Rider a écrit:
papi a écrit:La traduction est difficile de toute façon, que ce soit pour Springsteen ou pour quelqu'un d'autre. En l'occurence celui qui a traduit l'ouvrage en français n'est pas un novice ou un inconnu, il a traduit entre autres Pychon et Hunter S Thomson. Certes cela ne veut pas dire que sa traduction ici est automatiquement bonne, mais ce n'est pas un bourrin et les questions que beaucoup se posent il a dû lui-même se les poser au moment de traduire.
Pour ma part je trouve que le style de Sprinsteen va bien pour des textes court comme des chansons, va bien aussi pour les prêches des concerts mais cela ne fait pas forcément un truc facile ou agréable à lire c'est tout. Le fait par exemple que l'histoire soit racontée de manière chronologique n'est pas passionnante. La multiplication des chapitres n'est pas géniale non plus, et puis surtout il y a des chapitres très prenant et d'autres où il est bien difficile de rentrer, en gros l'unité du livre n'est pas évidente en dehors de la relation père-fils.

il semble que les délais "habituels" pour la traduction d'un roman aussi important (en taille) ait été très très raccourcis sur ce coup.
Il y a eu accélération du tempo à un moment donné



Oui c'est bien possible et c'est un élément qui a certainement rendu la tâche du traducteur plus difficile encore. Cela dit je pense que le plus intéressant du livre c'est ce que Springsteen dit et pas vraiment comment il le dit. Et je pense que le traducteur n'a pas du faire d'impasse là-dessus.
avatar
papi

Messages : 1459
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 50
Localisation : Toulouse, banlieue nord de Barcelone

Revenir en haut Aller en bas

Re: Born To Run (le livre)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 15 Précédent  1 ... 5 ... 7, 8, 9 ... 11 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum