Jean Jacques Goldman

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Jean Jacques Goldman

Message  CC Rider le Sam 9 Aoû 2014 - 6:47

En fait, je n'ai pas pu lire la totalité du message polémique puisqu'il a été effacé et que Mosquito semble s'être désinscrit depuis (il y a un message vide de "invité" qui reste).

Mais il n'y a aucune polémique, et ça n'est pas parce que mosquito qui change d'identité ici comme de chemise et passe son temps a rentrer et sortir en effaçant ses messages à chaque fois est vexé par une réflexion, que cela devient polémique.

Et le sujet est bien plus léger que ce qu'il est entrain de devenir.
Je pense avoir mal exprimé l'idée première, j'essayerais de faire mieux la prochaine fois SmileSmile

Sans rentrer dans le classement par catégories (que je ne pratique pas car pour moi il n'y a comme catégorie de bonne musique ou musique fréquentable que celle qui donne du plaisir à l'auditeur), il est plutot factuel que ce qui est reconnu comme musique de référence chez nous, passe par l'intellect plus que par le chant partagé en communauté ou les danses.
Ce qui est considéré chez nous comme "evergreen", les standards de notre culture, sont des chansons à textes, des chansons qui "s'écoutent". Il n'y a rien de réducteur la dedans, et il suffit de voyager, pour entendre les étrangers nous parler de Montant, chevalier, Piaf, Aznavour et 2/3 autres. Parce que c'est ce qui catégorise notre culture pour eux.
Pour les genres musicaux plus influencés par leur culture, le rock, les musiques latines ou autres, nous proposons de jolies copies parfois, mais ce n'est pas notre fond culturel.
Ceci a un peu évolué ces deux dernières décennies car la musique aussi se mondialise (le rap, l'electro par ex) et les croisements culturels sont plus importants aujourd'hui.

J'espère qu'au travers de cette petite précision j'aurais réussi à mieux expliquer l'idée première véhiculée par la phrase citée en préambule.
avatar
CC Rider

Messages : 6674
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 97

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Jacques Goldman

Message  Marc le Sam 9 Aoû 2014 - 7:20

CC Rider a écrit: mosquito qui .... passe son temps a rentrer et sortir
Bizzzzzzzzare j'avais plutôt cru comprendre que c'était un adepte du 69  Very Happy 
D'un autre côté des moustiques qui le pratiquent ça ne doit pas manquer de piquant  Very Happy 

Pardon    
avatar
Marc
Admin

Messages : 5476
Date d'inscription : 13/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Jacques Goldman

Message  yvvan le Sam 9 Aoû 2014 - 7:29

peut être qu'il écoute de la musique allongé...
avatar
yvvan

Messages : 1267
Date d'inscription : 24/01/2013
Age : 41
Album préféré : Born To Run

https://soundcloud.com/fabienmusic-1

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Jacques Goldman

Message  yvvan le Sam 9 Aoû 2014 - 8:02

Je suis allé chercher dans les extraits de presse de quoi mieux comprendre.
Voici quelques extraits de l'intéressé dans le sens de la phrase rapportée par CC.

Il emploie généralement le terme grande chanson française, et non de chanson populaire française, pour expliquer par contraste sa conception de la chanson.
Une conception qui a besoin d'un ressenti corporel de la musique, tout autant que des textes pas idiots. C'est une conception complète et ouverte, c'est de la chanson totale, paroles ET musique, fromage ET dessert...
Loin du style-étiquettes-cliché-créneaux ou du cloisonnement de pseudo-spécialiste que j'évoquais en haut de page et du classement par catégorie auquel se refuse également CC.

Cette conception a quand même bien fait son bout de chemin aujourd'hui... sans pour autant avoir à bouder un plaisir des mots en parallèle


http://www.parler-de-sa-vie.net/ecrits/interviews/20011214.txt

Serge Latapy : Pourquoi un tel titre ?

Jean-Jacques Goldman : La chanson, c'est la légèreté. Il y a bien sûr une tradition très française, ce qu'on appelle la grande chanson, qui s'écoute assis, celle de Barbara, Brassens, etc. Moi, j'ai appris la chanson avec les Beatles, Dylan, Hendrix. Je ne comprenais pas les textes, je recevais tout sensuellement. Dans mon travail, j'ai tenté de retrouver la nature de la chanson populaire, celle qui se chante et se danse ensemble, qui s'adresse au corps.

Serge Latapy : Vous voulez renouer avec la musique de bal ?

Jean-Jacques Goldman : J'ai l'impression de n'en être jamais sorti. Comme beaucoup de musiciens de ma génération Balavoine, Cabrel, Jonasz, j'ai commencé par là. Entre 15 et 21 ans, j'ai joué avec plusieurs groupes, l'un s'appelait Phalansters, un autre Bibi et ses Fricotins... On tournait beaucoup, en jouant des rocks, des slows, des blues, etc., à la demande. Dans cet album, j'ai revendiqué cette diversité, cette dispersion, qui est celle du bal.



http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20011218.OBS1608/jean-jacques-goldman-repond-a-tout.html

N. O. – Pourquoi votre album s’intitule-t-il «Chansons pour les pieds»?
J.-J. Goldman. - Je viens du bal, du rock, et j’ai toujours été interloqué par cette chanson française (Barbara, Brassens, etc.) qui s’écoute assis. C’est très étrange. Dès que je voyage en Afrique, en Asie ou en Amérique du Sud, ça m’apparaît vraiment comme une spécialité française. Lors de mes concerts, les gens sont debout et dansent. Disons qu’avec cet album j’assume cette envie de faire danser.



http://www.parler-de-sa-vie.net/ecrits/interviews/198112xx01.php

Rock & Folk : Mais crois-tu que ta merveilleuse indépendance soit compatible avec les impératifs commerciaux et autres d'une grande maison de disques ?

Jean-Jacques Goldman : Ce que je crois, c'est qu'il n'y a pas de système. Il est aussi vain d'être ce que tu appelles un bon élève qu'un dilettante. Ça n'a rien à voir avec la finalité de ton produit. Ajoutons à cela que, dans la chanson, on vit une époque qui favorise l'indépendance d'esprit. Il y a de moins en moins de contraintes : les vieux stéréotypes du showbiz sur ce qui marche et ce qui ne marche pas, sur ce qu'il faut faire ou ne pas faire pour que ça marche ont de moins en moins cours. Il n'y a plus de recette, sinon qu'il faut qu'il se dégage quelque chose d'assez fort de ce que tu donnes à entendre. C'est la sincérité qui est en train de prévaloir sur le système, sur la mode. Du temps de Taï Phong, la mode c'était le rock symphonique ; quelqu'un qui arrivait dans une salle et jouait du hard-rock était comme un orang-outan dans un magasin de dentelles. Aujourd'hui, au hit-parade, tu as pêle-mêle Stray Cats, Grace Jones, Cabrel, AC/DC et Capdevielle.

Rock & Folk : C'est le retour à la variété dans tous les sens du terme.

Jean-Jacques Goldman : Parfaitement et j'ADORE ça. Je crois que seules les maisons de disques sont restées à la traîne. Le public les devance ; même les media ont beaucoup évolué. Tout s'est diversifié, tout s'est ouvert, seules les maisons de disques ne font que suivre des mouvements dont l'impulsion est ailleurs.



http://www.parler-de-sa-vie.net/ecrits/interviews/198307xx01.php

Numéro 1 : Es-tu étonné ou choqué que les gens, dans les boîtes, dansent sur "Comme toi" ?

Jean-Jacques Goldman : Je n'aurais jamais pensé qu'on puisse danser sur cette chanson, dans une chanson, le plus important c'est la musique. C'est finalement une appréhension très anglo-saxonne de la musique. Mais je demande à n'importe quel français, à n'importe quel critique littéraire qui sabre les chanteurs français parce que leurs textes sont soi-disant nuls, de me dire ce que signifie "Obladi oblada" des Beatles ou autres chansons. Il y a là un racisme. C'est une particularité de la chanson française qui se situe incontestablement au niveau du texte. Ça peut s'expliquer par notre passé culturel, etc. Mias il est sûr qu'on est beaucoup plus sévère avec les chansons françaises qu'avec les chansons étrangères. Parce qu'on reçoit le chanteur anglo-saxon comme un instrument, comme une composante totale de la musique. La presse est très dure pour les chanteurs français, et ces gens-là viennent me voir maintenant que j'ai écrit "Comme toi". Je me fais un plaisir de leur dire, que pour moi, il est plus important de faire une chanson comme "Quand la musique est bonne", parce qu'il y a des tonnes de chanteurs français qui sont capables de faire des textes aussi beaux que celui de "Comme toi". Par contre, il n'y en a pas beaucoup qui sont capables de faire de la musique sur laquelle on danse.


On trouve aussi régulièrement ceci: "Ma démarche est un peu celle des clubs de vacances qui proposent à leurs clients de ne pas bronzer idiots. Quitte à faire des chansons, je préfère qu'elles ne soient pas trop idiotes"


avatar
yvvan

Messages : 1267
Date d'inscription : 24/01/2013
Age : 41
Album préféré : Born To Run

https://soundcloud.com/fabienmusic-1

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Jacques Goldman

Message  calispera le Sam 9 Aoû 2014 - 9:48

Merci Yvvan pour ta recherche qui précise un peu mieux l'idée.

Jean-Jacques Goldman a écrit:  Mais je demande à n'importe quel français, à n'importe quel critique littéraire qui sabre les chanteurs français parce que leurs textes sont soi-disant nuls, de me dire ce que signifie "Obladi oblada" des Beatles ou autres chansons. Il y a là un racisme. C'est une particularité de la chanson française qui se situe incontestablement au niveau du texte. Ça peut s'expliquer par notre passé culturel, etc. Mias il est sûr qu'on est beaucoup plus sévère avec les chansons françaises qu'avec les chansons étrangères. Parce qu'on reçoit le chanteur anglo-saxon comme un instrument, comme une composante totale de la musique. La presse est très dure pour les chanteurs français, et ces gens-là viennent me voir maintenant que j'ai écrit "Comme toi". Je me fais un plaisir de leur dire, que pour moi, il est plus important de faire une chanson comme "Quand la musique est bonne", parce qu'il y a des tonnes de chanteurs français qui sont capables de faire des textes aussi beaux que celui de "Comme toi". Par contre, il n'y en a pas beaucoup qui sont capables de faire de la musique sur laquelle on danse. 

Je songe tout de même à une origine de cette singularité française de pouvoir aimer du n'importe quoi côté parole quand c'est anglais ou autre, et de préférer du texte de qualité quand c'est en français, et c'est assez évident : quand on ne connaît pas la langue à la base, et bien on ne fait pas la fine bouche pour les paroles, et si la musique est bonne, on s'en donne à coeur joie. La connaissance de l'anglais chez les Français était plutôt excessivement basse jusqu'il y a 15-20 ans. Cela a fondamentalement changé. Mais ceci explique cela, en partie en tout cas.

Et c'est pareil en Belgique : les francophones ne connaissaient pas les langues et ça change, alors que les néerlandophones sont souvent polyglottes. C'est entre autre lié au fait que la culture néerlandophone est trop régionale, donc obligation de s'intéresser à plus loin, et l'accès c'est le français et l'anglais.

Et puis aussi, c'est aussi lié au fait que la langue néerlandaise, contrairement au français (et pire encore pour l'espagnol)  est une langue de laquelle il est nettement plus facile à apprendre d'autres langues, tant phonétiquement (large palette phonétique de la langue de départ) qu'au niveau syntaxique (car l'ordre des mots changent selon le type de syntaxe, alors qu'en français c'est assez rare qu'on change l'ordre syntaxique).
Rem : Je dévie chaque fois vers la Belgique car je connais mieux, mais je sais qu'il existe un grand parallèle avec les Français côté francophonie, donc je pense pas que ça puisse trop gêner.

Si j'explique pour le néerlandais c'est pour faire comprendre l'effet inverse quand on est francophone et qu'on doit apprendre une langue de laquelle on ne comprend déjà pas bien les sons (car ils ne font pas partie de notre langue) et qu'en plus on doit apprendre à chambouler fondamentalement le mode de pensée en éjectant des mots en fin de phrase, en décomposant des mots selon leur utilisation, ou encore en inversant le sens des mots selon qu'ils sont précédés ou pas d'un complément : de quoi en perdre son latin Wink

Cela dit, le français offre d'autres difficultés : bourrée d'exceptions, et on n'écrit pas ce qu'on dit.

Il y a un autre argument, déjà donné plus haut dans l'échange : le français, par sa phonétique, se prête assez mal en musique rock (mais sans doute dans d'autres styles aussi) et donc, si on fait de la musique qui valdingue et pour laquelle le français ne se prête pas, si on ne soigne pas le contenu des paroles, ça tombe bien plat Wink
Et je pense que pour la bonne chanson française, la démarche est plutôt 'inverse : on fait de la poésie ou de la belle prose sur laquelle on met des notes. Ce n'est plus tant de la musique alors que de la poésie chantée.

Et je vais encore faire pire. Je pense que la langue influence le mode de pensée, et donc la culture (je pense que ça joue dans les deux sens en fait). Il y a des théories linguistiques qui vont dans ce sens, même si elles ne sont pas acceptées par tous. Et selon moi, la langue française aurait plutôt tendance à former l'esprit vers l'argumentation, la dissertation, la philosophie que vers la communication et l'échange. Et la musique vécue dans le corps, donc via l'émotion, se mêle assez difficilement en général à la masturbation intellectuelle Wink

Et je pense que le français aurait plutôt tendance à favoriser une recherche d' « excellence » (toute relative) par rapport à la langue. Bien que je n'en sois pas certaine, je pense que c'est en France qu'ont démarré les concours d'orthographe. C'est aussi en France qu'on a une académie qui a pour objectif à sa création d'éviter de faire évoluer la langue. C'est en France qu'on a décidé (historiquement) que le féminin soit avalé par le masculin lorsqu'il y a mélange des genres (en néerlandais et en allemand par exemple, c'est l'inverse, en anglais c'est inexistant, en espagnol et italien presque inexistant). C'est encore en français que l'historique orthographique est toujours présent dans la plupart des mots et que très peu de gens sont favorables à ce que cela change, même si cet historique orthographique n'aide concrètement personne et complique la vie de tout le monde (pouvez-vous  me dire par exemple (parmi des milliers) pourquoi 'peine' et 'maison' s'écrivent différemment pour le son 'è' ? C'est aussi en France qu'on parle de la culture avec un grand 'C', montrant qu'il existe en effet un racisme de catégorisation selon la culture dans laquelle on est éduqué.
J'ai aussi l'impression que les Français (et même les francophones en général) sont bien plus attachés à leur langue que d'autres populations. Pour ma part, je fais sans doute partie de l'exception : j'aime le français et c'est la langue dans laquelle je me sentirai probablement toujours le plus à l'aise, mais j'adore d'autres langues et ne me battrais jamais pour défendre la langue française.

Bref, je pense que ce sont toutes des raisons de ce genre qui font que la musique avec des paroles en français, est approchée différemment que toutes les autres musiques.
Et c'est peut-être aussi les raisons pour lesquelles je n'en écoute presque jamais. Mais je dois bien avouer qu'à part l'anglais, il est rare que je m'intéresse à de la musique dans d'autres langues, même quand je les connais.

Jean-Jacques Goldman a justement l'art de faire de la musique populaire et de parvenir à mettre du sens, sans que cela ne devienne un produit de haute culture Wink

Jean-Jacques Goldman a écrit:"Ma démarche est un peu celle des clubs de vacances qui proposent à leurs clients de ne pas bronzer idiots. Quitte à faire des chansons, je préfère qu'elles ne soient pas trop idiotes"

Euh, tout est relatif, je connais certains clubs de vacances qui s'échinent à rendre les gens idiots pendant qu'ils bronzent. Des films ont été faits là-dessus je pense bien Wink

calispera

Messages : 1252
Date d'inscription : 14/06/2011
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Jacques Goldman

Message  TOF le Dim 10 Aoû 2014 - 21:56

Je viens de parcourir ce sujet fort intéressant .... et ma question est : Dans quel contexte ont a été filmé cet échange entre JJG et le journaliste ?
Et le public c'est qui ?
Des gens lamdas ? ou bien des pros ?
avatar
TOF
Admin

Messages : 1083
Date d'inscription : 14/06/2011

http://www.lohad.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Jacques Goldman

Message  CC Rider le Lun 11 Aoû 2014 - 7:15

C'est un masterclass a l'auditorium de la Sacem.
C'est régulier, mais pas tous les jours avec quelqu'un d'aussi accompli que Goldman.
Par contre je ne sais pas si le public est composé de sociétaire de la société d'auteurs ou d'invités.
avatar
CC Rider

Messages : 6674
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 97

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Jacques Goldman

Message  yvvan le Lun 11 Aoû 2014 - 10:13

selon le site de la sacem, 250 sociétaires créateurs et éditeurs

http://www.sacem.fr/cms/lang/fr/home/createurs-editeurs/parcours_croises/parcours-croises-11mars2014
avatar
yvvan

Messages : 1267
Date d'inscription : 24/01/2013
Age : 41
Album préféré : Born To Run

https://soundcloud.com/fabienmusic-1

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Jacques Goldman

Message  TOF le Lun 11 Aoû 2014 - 20:36

Merci pour ces infos. Je ne savais pas, et je n'imaginais même pas d'ailleurs, que la SACEM avait des sociétaires .... comme la Maif !
avatar
TOF
Admin

Messages : 1083
Date d'inscription : 14/06/2011

http://www.lohad.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Jacques Goldman

Message  CC Rider le Mar 12 Aoû 2014 - 6:54

La Sacem est mandatée par les auteurs pour collecter les droits. Elle représente ceux ci, mais les œuvres restent évidemment propriété des auteurs compositeurs.
avatar
CC Rider

Messages : 6674
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 97

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Jacques Goldman

Message  labrespy le Jeu 14 Aoû 2014 - 7:21

CC Rider a écrit:La Sacem est mandatée par les auteurs pour collecter les droits. Elle représente ceux ci, mais les œuvres restent évidemment propriété des auteurs compositeurs.

HS par rapport à Goldman mais j'ai lu il y a quelques temps un papier sur les salaires faramineux des administrateurs de la Sacem.

Après quand je vois comment sont plumés les petits organisateurs de baloches et les restaurateurs (je ne parle que des choses que je connais), j'ose à peine imaginer le montant annuel des collectes de droits tous secteurs confondus.
avatar
labrespy

Messages : 701
Date d'inscription : 15/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Jacques Goldman

Message  CC Rider le Jeu 14 Aoû 2014 - 10:42

labrespy a écrit:

Après quand je vois comment sont plumés les petits organisateurs de baloches et les restaurateurs (je ne parle que des choses que je connais), j'ose à peine imaginer le montant annuel des collectes de droits tous secteurs confondus.

C'est carrément très discutable pour les tarifs demandes, c'est clair, et même un vrai racket "légal" pour le petit commerçant.
avatar
CC Rider

Messages : 6674
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 97

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Jacques Goldman

Message  CC Rider le Jeu 14 Aoû 2014 - 11:24

...pression d'ailleurs augmentée de la part des inspecteurs "locaux" depuis la baisse des ventes des supports enregistrés.
avatar
CC Rider

Messages : 6674
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 97

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Jacques Goldman

Message  mathis le Mer 20 Aoû 2014 - 19:56

de nouveaux épisodes.

Le travail d'écriture :



La chanson populaire :



La jeune génération :

avatar
mathis

Messages : 2645
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 40
Localisation : Lyon
Album préféré : Nebraska

http://www.mathisweb.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Jacques Goldman

Message  yvvan le Mar 26 Aoû 2014 - 11:18

la dernière je pense


pas encore écouté car au bureau
avatar
yvvan

Messages : 1267
Date d'inscription : 24/01/2013
Age : 41
Album préféré : Born To Run

https://soundcloud.com/fabienmusic-1

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Jacques Goldman

Message  calispera le Mar 26 Aoû 2014 - 11:53

Le mot de la fin Wink :

En assistant au concert du groupe Zoo (rock progressif en français :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Zoo_%28groupe%29 ) en première partie du concert de Léo Ferré , quand il a 15 ans :
"C'est là que je me suis rendu compte que les mots français étaient possibles sur la musique que j'aimais: ce qui a beaucoup changé les choses"

(remarque :  que vient faire Michel Berger dans cette phrase (juste avant), j'avoue que je l'ignore - j'imagine qu'ils ont parlé de ce thème ensemble car ils s'étaient fait la même réflexion à leurs débuts.)

calispera

Messages : 1252
Date d'inscription : 14/06/2011
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Jacques Goldman

Message  mathis le Mer 27 Aoû 2014 - 14:10

le fameux topic goldman d'origine Smile

http://hopeanddreams.forumactif.com/t1453-jean-jacques-goldman

(je crois hélas que le site de bootlegs que j'évoque n'est plus en état de fonctionnement)
avatar
mathis

Messages : 2645
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 40
Localisation : Lyon
Album préféré : Nebraska

http://www.mathisweb.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean Jacques Goldman

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum